Générateur d’impulsions à rapport impulsion et pause ajustable

1

La caractéristique spécifique du présent générateur d’impulsions est qu’il permet un réglage du rapport cyclique (impulsion/pause) des impulsions
totalement indépendant de la fréquence et ce par pas de 10% avec une plage allant de 10 à 90%.

L’électronique n’en est pas moins étonnamment simple puisqu’elle se résume à 4 circuits intégrés et à un transistor.

La roue codeuse S1 sert à définir un mot de commande bits, S, que l’on applique tant au 4019 qui fait office de commutateur qu’à une entrée de  l’additionneur (full adder) IC1, l’autre entrée de ce circuit intégré se voyant appliquer la valeur binaire « 11B » (5D).

La sortie de IC1 est reliée à la seconde entrée de IC2. La sortie du commutateur IC2 est connectée, par le biais d’une bascule bistable IC4a, à l’entrée
programmable d’un compteur/ décompteur, IC3.

La sortie « terminal count » de ce compteur sert de signal d’horloge pour la bascule bistable qu’elle attaque par le biais du transistor T1. La sortie de la bascule bistable fait passer le compteur du mode comptage (up) au mode décomptage (down) tout en appliquant, selon le cas, soit la donnée S, soit la donnée S+5, à l’entrée programmable du compteur.

Voici comment les choses se passent dans la pratique.

Supposons que l’entrée non-inverseuse de IC4a, sa broche 1, soit haute (« 1 »). Le compteur IC3 décompte alors et l’entrée programmable se trouve connectée à la donnée S, qui se trouve, par exemple, être 6.

Le compteur décompte jusqu’à ce qu’il arrive à 0, situation qui se présente au bout de 6 impulsions d’entrée. La sortie « terminal count » passe alors au niveau « bas », ce qui se traduit par le passage de la sortie non-inverseuse de IC4a au niveau bas, IC3 se mettant à compter, étant programmé avec la donnée S+5 (11 dans le présent exemple); dans ces conditions, la sortie « terminal count » repasse au niveau haut.

Dès que le compteur a atteint la valeur 15, cette sortie repasse au niveau bas, la broche 1 de IC4a repassant au niveau haut de sorte que le cycle reprend au début.

En résumé : si l’on met la roue codeuse en position 6, la sortie non-inverseuse de IC4a (sa broche 1) se trouve, pour chaque train de 10 impulsions
d’entrée, 6 fois au niveau haut et 4 fois au niveau bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.